Équipe

julien2 VICTOR
Julien Mauranne
Réalisateur / Directeur de la photographie

Né en 1988, Julien grandit en banlieue parisienne (92). Élevé par sa mère passionnée de voyage, il visite de nombreux pays durant son enfance (États-Unis, Égypte, Cuba, Russie, Grèce).

Amateur d’art, de photo et de cinéma, il fréquente très tôt les lieux culturels alternatifs de la capitale, où il découvre la culture DIY et des agitateurs d’idées en tout genre tentant de repenser le monde. De 2006 à 2010, il conduit le projet Zones Parallèles Ephémères dont l’objectif est de réunir de jeunes artistes lors d’évènements caractérisés Utopies pirates.

Il poursuit des études en technologies de l’information et de la communication à l’université Paris 2 – Panthéon Sorbonne, tout en photographiant la vie des parisiens en marge (SDF, sans papiers, artistes de rue), ce qui lui fera gagner plusieurs prix photo universitaires.

Il travaille quelques temps comme chef de projet multimédia au sein de l’agence GREY Advertising, puis part à New-York et collabore à plusieurs évènements culturels reliant musique expérimentale et art premier, ce qui fera naître son intérêt pour l’anthropologie.

En 2011, il tourner un premier document vidéo sur les traditions chamaniques au sud de la Colombie, CURANDEROS. Deux années plus tard, il suit le voyage en France de Benki Piyako, leader indien Ashaninka, et réalise le reportage BEIJA-FLORES, L’effet colibri. En 2014, il monte deux vidéos, METANDROGYNE & TRANSCARNATION, pour l’artiste Alexandre Carril, présentées lors de l’exposition Caeli Patrominium Labitur à la galerie L’Inlassable, à Paris.

Les retours concernant ces premiers travaux ainsi que les rencontres qu’ils ont occasionnées nourrissent l’ambition d’un projet de plus grande ampleur sur les traditions amérindiennes.

Victor Guillon
Auteur / Fixeur / Ingénieur du son

Né à Paris en 1986, Victor Guillon a grandi sous le signe du voyage.

Voyage dans les pas de ses parents, d’abord, grâce à leur attrait pour l’Asie et à la profession de son père, journaliste, qui le mène deux ans à New York et lui permet d’intégrer plus tard la section anglaise du lycée international de Grenoble.

Voyage dans la pensée, ensuite, puisque ses études de philosophie (master), le portent à s’intéresser à différents domaines, scientifiques notamment, sur les bancs des universités Paris 1, 4, 7, 8, 10, de l’École Normale Supérieure, et de l’université de Bielefeld, en Allemagne.

Voyage en France, une fois ses études terminées, puisque son travail d’enseignant contractuel en philosophie lui ouvre les portes de lycées des quatre coins de l’Hexagone.

Voyage en Amérique Latine, parallèlement, puisqu’un séjour entre le Chili, la Bolivie et le Pérou, effectué en 2007, le pousse à refaire chaque année suivante un saut par-dessus l’Atlantique, vers le Mexique et la Colombie surtout, afin d’alimenter sa passion nouvelle pour les cultures amérindiennes. Il réalise en 2011 un premier document vidéo sur le chamanisme colombien : CURANDEROS, présenté dans plusieurs festivals. S’ensuivra, en 2013, un reportage sur la rencontre entre Pierre Rabhi, figure de proue de l’écologie, et Benki Piyako, leader amazonien : BEIJA-FLORES, L’effet colibri.

Voyage au Congo, enfin, où il part à l’été 2014 pour apprendre aux côtés d’un ingénieur du son et réaliser un documentaire radio sur le travail dans les carrières de pierres : LES MAINS NUES, pour Arte Radio. (Interview Télérama ici.)