Équipe

julien2   VICTOR
Julien Mauranne
Réalisateur / Directeur de la photographie

 

Diplômé en Nouvelles Technologies d’Information et de Communication à l’Université PARIS II, Julien Mauranne travaille aujourd’hui comme réalisateur et chef opérateur documentaire.

 

WOMAN

De Anastasia MIKOVA et Yann ARTUS-BERTRAND / 2018 – Cinéma – HOPE films

DAESH – DANS LA TÊTE DU MONSTRE

De Kamal REDOUANI / 2018 – 70’ FRANCE 5 – CAPA Production

MON PAYS FABRIQUE DES ARMES

De Anne POIRET / 2018 – 60’ FRANCE 5 – TALWEG films

C/POLITIQUE LE DOC : PRÉSIDENTIELLE

De Camille GIRERD & Florent MAILLET 2017 – 90’ FRANCE 5 – TOGETHER Media

SYRIE – LA MISSION IMPOSSIBLE

De Anne POIRET / 2017 – 60’ ARTE – MAGNETO Presse

MARIAGE POUR TOUS, LE GRAND DIVORCE

De Elsa GUIOL & Laurent PORTES / 2017 – 52’ FRANCE 3 – BROTHERFILMS

INSTINCTS PRIMAIRES – COULISSE D’UNE ÉLECTION

De Thomas LEGRAND, Réalisé par Bruno JOUCLA & Elise BAUDOUIN 2017 – 90’ CANAL+/C8 – BROTHERFILMS

DU CÔTE DES VIVANTS

De David ANDRÉ / 2016 – 60’ FRANCE 2 – BROTHERFILMS

 

Victor Guillon
Auteur / Fixeur / Ingénieur du son

Enseignant de philosophie aux quatre coins de l’Hexagone depuis 2010, et en milieu carcéral depuis 2018, Victor Guillon travaille en parallèle sur des projets de documentaires de création.

 

Depuis 2007 sa passion pour les cultures d’Amazonie le conduit régulièrement au cœur de la Grande Forêt. Il réalise en 2011 un premier court-métrage sur le chamanisme colombien : CURANDEROS (première au festival Le Grand Bivouac en 2012). S’ensuivra en 2013 un reportage sur la rencontre entre Pierre Rabhi, figure de proue de l’écologie, et Benki Piyako, leader amazonien : BEIJA-FLORES, L’effet colibri.

 

Un voyage au Congo en 2014 lui permet de se former aux côtés d’un ingénieur du son et de réaliser un documentaire radio sur le travail dans les carrières de pierres : LES MAINS NUES, pour Arte Radio. (Interview Télérama ici.)

 

Fort de ces premières expériences, il coréalise ONIBO entre 2015 et 2018, un long-métrage sur la situation du peuple Shipibo en Amazonie péruvienne, soutenu par Brouillon d’un Rêve de la SCAM et le ministère de la culture du Pérou. Le film, présenté pour sa première mondiale en compétition officielle au Atlanta Film Festival de 2018, a suscité l’intérêt d’Arte en 2019.